Blog

Regards croisés

Comment challenger les spécifications techniques des matériels ?

Le principe de la collaboration post-retraite est assez simple et de nombreuses bonnes pratiques se sont développées autour de ce service. Il y a en a une qui, néanmoins, représente pour nous une source de satisfaction toute particulière; « Regards croisés ». Sans-doute car elle fût pensée et proposée par un retraité.
Nous avons donc demandé à Jean-Bernard Alemanni, son concepteur, de bien vouloir en expliquer son origine et son intérêt.

« Lors de ma vie professionnelle, mes fonctions m’ont très souvent amené à rencontrer les fournisseurs d’EDF et à discuter avec eux. L’un des thèmes les plus récurrents était celui des spécifications techniques qui leur étaient imposées dans les commandes, spécifications bien plus exigeantes (et donc plus coûteuses mais aussi plus perturbantes pour leur production) que les standards industriels demandés par leurs autres clients. Bien sûr, ma position m’amenait à justifier ces spécifications, l’argument principal étant que la sûreté nucléaire entraîne des exigences bien particulières qui expliquent tous ces écarts. Mais pourtant…je savais au fond qu’ils avaient souvent raison, et j’avais demandé aux prescripteurs EDF d’essayer de revoir leurs exigences. Les résultats avaient cependant été plutôt mitigés.

La retraite : une certaine garantie d’indépendance

A l’âge de la retraite, n’ayant plus de position officielle à défendre, j’ai pu m’exprimer autrement sur le sujet, et, sans doute un peu pour prendre une revanche sur la schizophrénie que mon rôle m’avait imposée quelque temps, j’ai essayé de voir comment améliorer de l’extérieur ce que je n’avais pas pu faire de l’intérieur de l’entreprise.

Mon arrivée à Experconnect m’a offert pour cela des possibilités que je n’avais pas imaginées auparavant : on pouvait demander à des experts issus d’autres entreprises, soit constructeurs, soit clients de ceux-ci, de donner leurs avis sur ces questions ; et le fait que ces experts soient retraités offrait une certaine garantie d’indépendance.

J’ai donc proposé à EDF de faire revoir quelques unes de leurs spécifications générales concernant des matériels par des petits groupes constitués de 2 experts externes (retraité ex-fournisseurs d’EDF et retraité ex-prescripteurs d’autres industries) d’un expert interne (retraité ex-prescripteur d’EDF). Le rôle des experts externes étaient de questionner et challenger les spécificités techniques demandées par EDF, celui de l’expert interne était de défendre les positions du Groupe, en particulier dans le domaine de la sûreté nucléaire, partout où cela était nécessaire.

Le résultat : économie et gains en délais

EDF a accepté 2 mises en œuvre de cette opération baptisée « regards croisés », qui ont conduit à proposer de longues listes de simplifications possibles, ciblant en priorité les parties non nucléaires des installations. EDF a repris à son compte une grande partie des propositions faites, avec à la clé non seulement plusieurs millions d’euros d’économies, mais aussi des gains en délais et même en qualité, l’application de standards industriels amenant généralement une réactivité, une qualité et une fiabilité supérieures au « sur-mesure » ».

Tous les articles

NEWSLETTER

Inscrivez-vous pour recevoir notre actualité

SUR TWITTER